>

L'autocar, le bus, le minibus, c'est plus écologique !

L'autocar, le bus, le minibus, c'est plus écologique !

 

Vous êtes un professionnel du transport de voyageurs (autocariste, transport LOTI, VTC, Taxi) ?
Recevez des demandes de transports au départ de votre département, envoyez vos devis, remportez de nouvelles affaires.
Inscrivez-vous gratuitement et sans engagement.

 

Développement durable et transport routier

Rassemblant les véhicules terrestres en tous genres, le transport routier est un des facteurs responsables du changement climatique que l'on évoque sans cesse ces dernières années. Grand consommateur de produits pétroliers et engrangeant des coûts considérables par ses structures maillées entre autres, le trafic automobile est responsable du morcellement écologique. Ce qui amène à son tour un déséquilibre et une dégradation de l'écosystème et des mortalités animales pour n'en citer que quelques exemples. Il est responsable de 94 % de l'émission de monoxyde de carbone qui, dans l'atmosphère, se transforme en CO2 plus connu sous le nom de dioxyde de carbone. C'est ce dernier qui contribue au phénomène de l'effet de serre. En France, le transport routier est en tête de liste des émetteurs de gaz à effet de serre en 2008 tandis qu'il est le deuxième à l'échelle de l'Europe. Selon les statistiques, les deux-roues émettent 1 %, viennent ensuite les véhicules utilitaires avec 17 %, les poids lourds avec 27 % et enfin, les particuliers pour 55 %.

Mis à part cela, le transport routier engendre des polluants locaux par le biais de plomb non biodégradable contenu dans l'essence qui s'accumule dans l'environnement au fil des années. En août 2007, l'Institut français de l'environnement démontre que les déplacements de loisir des Français engendrent plus de pollution par rapport au reste avec un taux de 16 % sur tout le territoire national. Quant aux mouvements touristiques, tous modes de transports confondus, l'on enregistre 6 % des émissions en 2006. En France, le Grenelle de l'environnement a mis en place un système de bonus-malus écologique. Évoqué lors de la COP21 en 2015, il s'agit d'encourager les acheteurs à opter pour un véhicule émettant le moins de gaz à effet de serre. Un bonus est octroyé à l'achat d'une voiture moins polluante, soit 130 g CO2/km tandis qu'une taxe s'applique aux véhicules à forte émission, soit 160 g CO2 et plus.

L'autocar, un mode de transport véritablement écologique

En France, l'on estime que 82% des déplacements des Français se fait en voiture de tourisme. Ce, malgré une hausse notable de l'usage des transports en commun. Selon la Fédération nationale des Transports des Voyageurs, l'autocar est un mode de déplacement respectueux de l'environnement et cadre parfaitement avec les exigences d'une activité durable et responsable. Dans ce sens, un autocar sur une route correspond à 30 voitures. En d'autres termes, son usage réduit le nombre de véhicules de particuliers circulant sur la route. Ce qui, à certains égards, réduit la pollution et ainsi l'impact de la circulation routière sur l'environnement. Dans le transport routier en général, l'usage des filtres à particules sur les nouveaux moteurs diesel est obligatoire en France depuis janvier 2011. Par ailleurs, les normes européennes d'émission renforcent ses règles pour réduire le rejet de polluants par les véhicules, notamment les cars. L'on parle alors de la norme Euro 5 et Euro 6 qui porte sur les changements spécifiques des pièces de moteur ainsi que l'émission de polluant.

Avec les innovations techniques qui ont permis de réduire les polluants, la consommation de carburant et la pollution sonore, les autocars s'inscrivent dans la catégorie des véhicules laissant le moins d'empreintes carbone. Cela est encore renforcé par l'âge de plus en plus récent des autocars, 35% du parc autocars en 2015 est doté de véhicule âgés de moins de 5 ans. Selon la conférence de l'OMT concernant les déplacements écologiques sur le continent européen en 2006, un autocar émet 30 grammes de dioxyde de carbone par passager et par kilomètre contre 110 pour un véhicule particulier. D'autre part, l'autocar ne nécessite que 600 à 900 millilitres de diesel pour 100 kilomètres contre 5,9 litres pour une voiture à gazole et 7,6 litres en moyenne pour les moteurs à essence. Sur le plan environnemental, le choix d'un voyage par autocar réduit déjà la consommation annuelle de carburant de 70 000 litres avec moins de 168 tonnes de polluants dans la même période. Ainsi, se déplacer en autocar est la meilleure alternative en termes de transports routiers et d'écologie.

L'autocar et la formation en éco-conduite

En 2008, une démarche appelée « Objectif CO2, les transporteurs s'engagent » est initiée par l'Agence de l’Environnement (ADEME) et le ministère des Transports. Mise en œuvre en collaboration avec les acteurs des transports routiers, dont les autocaristes. Elle aboutira à une charte qui sera signée par plus de 200 entreprises le 1er janvier 2016. Par cette charte, les propriétaires d'autocar font partie de ceux qui s'engagent à réduire la consommation de l'énergie et ainsi, l'émission de gaz dans le cadre de leur activité. Mis à part cela, les conducteurs d'autocar bénéficient d'une formation à l'écoconduite. Elle est dispensée sous forme de module à l'issu duquel les stagiaires sont amenés à acquérir des techniques de conduite visant à économiser du carburant et l'émission de CO2. Parmi les autres objectifs, les formateurs démontrent que la conduite rationnelle permet d'améliorer l'entretien du véhicule en terme de coûts, et cela, sans nuire à la productivité. Ce nouveau style de conduite intelligente permet d'économiser 15 % à 25 % du carburant sans pour autant augmenter la durée du trajet.

Considérée comme plus douce et plus sécurisée, l'éco-conduite est initiée dans un cours d'une heure par un formateur qualifié. Après avoir acquis les principes théoriques, le cours est suivi d'un module pratique de deux heures et demie. Durant la pratique, une conduite libre effectuée par le candidat est enregistrée sur outil informatique puis commentée. Opter pour le régime moteur le plus bas avec un rapport de vitesse le plus élevé possible, maintenir une vitesse stable, accélérer de manière progressive sans traîner, rétrograder le plus tard possible tout en profitant de l'élan accumulé, anticiper le trafic sont quelques règles de bases de l'éco-conduite à retenir. Par ailleurs, délester le véhicule des charges inutiles et contrôler la pression des pneus sont des règles principales permettant l'économie de carburant avec un car. Éviter également d'accélérer au démarrage, l'utilisation abusive de la climatisation et dès 20 secondes d'arrêt, couper le moteur améliorera la rentabilité du véhicule.

 

Vous cherchez une location de bus, minibus ou voiture avec chauffeur ?

Déposez gratuitement votre demande de transport et recevez des devis de nos partenaires professionnels du transport de voyageurs.

OU

Vous êtes un professionnel du transport (autocariste, LOTI, VTC, Taxi) ?

Recevez des demandes de transports au départ de votre région, envoyez vos devis, remportez des affaires. Inscrivez-vous gratuitement et sans engagement.